Thème : Les Belles de toujours

Pour sa sixième édition de février 2019, le salon BiblioMania met à l’honneur la Mode et les Femmes.

La mode est présente dès l’Antiquité. On voit éclore chaque jour dans l’Empire romain de nouvelles modes écrit Ovide dans « Les fards ou soins du visage».
En France, dès le XVIe siècle, la mode est un caprice aristocratique qui fait sensation à la Cour, on parle de costumes et de maquillages outranciers, souvent clinquants. La mégalomanie vestimentaire de Louis XIV est notoire, la suprématie passe par l’allure… et les chaussures. Louis XIV et son secrétaire d’Etat Jean-Baptiste Colbert décident de faire de la France le premier fabricant au monde de produits de mode. Au long de cette épopée de grands noms se détachent, comme la marchande de modes Rose Bertin et le perruquier Benoit Binet.
Plusieurs livres, en particulier français et italiens, sont publiés sur la mode du temps, l’un des premiers ouvrages sur son histoire est sans doute celui de Cesare Vecellio, «Habiti Antichi et Moderni di tutto il’Mondo» (1590).
Plus tard, Guillaume-François-Roger Molé écrit «Histoire des Modes Françaises ou Révolutions du costume en France» (1773). Emile de la Bédollière écrit «Histoire de la mode en France» en 1858.
Des gravures représentent les modes anciennes, comme «Le bransle des modes françoises» de Jean Moncornet (1696).
Peu avant la Révolution française, apparait l’ancêtre de la presse vestimentaire sous forme d’almanachs de mode illustrés qui font connaître la mode de Paris aux lectrices de province et d’Europe.
Il faut attendre le vingtième siècle, pour que la mode devienne un produit de la société de consommation. L’industrie du vêtement façonne une élite de l’image par les revues de mode, la photographie, le cinéma et la télévision.
Jeanne Lanvin, Coco Chanel, Yves St Laurent, Christian Dior, André Courrèges jusqu’à Jean Paul Gaultier…font rêver les Belles de toujours.

Partager