bibliomania2020

Le monde est un livre et ceux qui ne voyagent pas n’en ont lu qu’une page.

Saint Augustin

Pour sa huitième édition de février 2020, le salon Biblio-Mania met à l’honneur le voyage, un thème qui évoque le dépaysement, l’évasion, les contrées lointaines, les ambiances venues d’ailleurs…
Le récit de voyage est un genre littéraire qui aiguise notre imaginaire à travers une exploration qui transporte le lecteur vers des mondes inconnus, des découvertes, des émotions.
Pour l’historien, c’est une source qu’il convient de contextualiser et d’analyser. Il apporte des éléments précieux pour éclairer notre histoire, l’histoire des relations internationales, l’histoire sociale et politique de régions traversées par le voyageur, voire l’histoire des cultures matérielles et immatérielles, de l’alimentation aux religions.
Le récit de voyage a, de prime abord, un but didactique. Il s’adresse généralement à un public amateur de découvertes et de savoir, ce qui contribue à créer un puissant lien entre l’auteur et le lecteur.
Un des premiers écrits du genre est celui de Marco Polo, marchand vénitien, qui voyage en Inde et en Chine au service de l’empereur de Mongolie (Livre des merveilles et autres récits de voyage et textes sur l’Orient, 1410-1412).
Daniel Defoe lui donne ses lettres de noblesse avec RobinsonCrusoé (1719). Dans une veine satirique, on trouve Les Voyages de Gulliver de Jonathan Swift, édité en 1721.
Plus tard, chargé par Louis XVI d’une expédition autour du monde complémentaire aux découvertes de Cook dans le Pacifique, Jean-François Galaup, comte de La Pérouse, rédige à l’intention des générations futures un journal de bord qui sera publié sous le titre Voyage autour du monde sur L’Astrolabe et La Boussole (1785-1788).
En 1788, les intellectuels découvrent les pays de l’Est et du grand froid avec le Voyage du professeur Pallas dans plusieurs provinces de l’Empire de Russie et dans l’Asie septentrionale, dont les différents volumes puis l’atlas paraissent chez Lagrange, puis chez Maradan jusqu’en 1794.
En 1872, Le Tour du monde en 80 jours est édité chez Pierre-Jules Hetzel. Jules Verne devient alors l’auteur emblématique du roman d’aventures, de découvertes et de voyages du xixe siècle.
La nouvelle de Pierre Loti, Fantôme d’Orient, vient, en 1892, raviver la passion et l’intérêt pour l’Orient chez une certaine bourgeoisie.
L’aventure de l’Aéropostale se découvre avec Vol de nuit d’Antoine de Saint-Exupéry (1931).
Durant les Trente Glorieuses, Jack Kerouac va hypnotiser toute une génération avec Sur la route. En 1957, On the Road s’affirme immédiatement comme le livre culte de la communauté beatnik, mêlant frénésie d’évasion, ode aux grands espaces et découverte de nouveaux univers.
Quant à Nicolas Bouvier, le récit de son périple de la Yougoslavie à l’Afghanistan contribue à remodeler toute la littérature de voyage du xxe. Ainsi, L’Usage du monde, publié à compte d’auteur en 1963, est aujourd’hui parvenu au rang de classique et de chef-d’oeuvre.

Partager